Xavier Anciaux

Une carrière commerciale qui semblait sur les rails, un salaire confortable, et puis cet accident de la vie qui touche un proche, et qui pousse Xavier Anciaux à se remettre totalement en question, à imaginer un autre mode de vie et de travail qui ait du sens. Il renoue alors avec ses racines agricoles, débusque un cheval de trait du nom de Bili, et se met à la tâche sur un lopin de terre de 30 ares à Fernelmont. Au-delà du maraîchage bio, c’est tout un projet participatif, éducatif et positif qui est développé, créant des liens avec les voisins, les clients et les restaurateurs de la région. Son dynamisme loin de tout angélisme et la qualité de sa production attirent rapidement les chefs des tables gastronomiques namuroises, de l’Agathopède de Carl Gillain à la Garrigue de Pierre Ciampi, en passant par Le Goût de ma Passion de Grégory Dehert.